Le Coin Français

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive

Canada was originally a French-speaking country.

histoire francophonie canadienne Now, it's largely Anglophone. What happened?
 Canada, which for a long time was completely Francophone, is largely Anglophone today.
This shift was the result of several conscious and deliberate choices on the part of France! It was not in fact the English who were primarily responsible.

 

 

An exemplary queen

First of all, it should be noted that Queen Elizabeth II, Canada’s head of state, could serve as a role model for many Canadians. She has always performed her duties admirably, including during the Second World War, and she speaks French fluently (which is more than can be said for a number of Canadian government ministers). In so doing, she remains faithful to her origins: she is a 31st-generation descendant of William the Conqueror, the duke of Normandy who placed England under French rule for 350 years.

Interestingly, French was England’s official language during this long period of history. That explains why, even today, 40% of English words have a French origin (and not vice versa, contrary to popular belief).

 

New France: Canada's beginnings

After France colonized North America, New France covered nearly two thirds of the continent. French was the official language in this region for 150 years. Moreover, in 2015, the Ontario government celebrated 400 years of French presence in Ontario, beginning long before the English arrived.

However, England and France were at war with each other for centuries in multiple theatres, including Europe, Asia, the Antilles, and North America. The war in North America was known as the French and Indian War, or the Seven Years' War (in French, the Guerre de Sept ans); it is sometimes considered to be the first true world war.

During this conflict, the two countries each won large victories in succession. The main events were the 1759 French defeat at the Plains of Abraham (Quebec City) and, in September 1760, the surrender of Montreal, before the French troops had even lifted their weapons!!! Vaudreuil, the governor general, made the decision to surrender in order to avoid a bloodbath and the complete devastation of Canada. King Louis XV, however, did not appreciate the choice. He held Vaudreuil personally responsible for the defeat and locked him in the Bastille.

After the surrender of Montreal (1760), the British took control of what was still legally New France. Martial law was enacted. During this military period, London left the French system in place. This was partially for practical reasons, since 99.7% of the population was Francophone!

Nevertheless, the French fought on despite their losses, and in the end it was England that requested the negotiation of a peace treaty, having been financially ruined by the enormous sums invested in the war. King George III made the decision; he was 22 years old when he succeeded his grandfather, King George II, who died barely one month after Montreal’s surrender.

The negotiations, led on the French side by the marquis César Gabriel de Choiseul, Minister of Foreign Affairs, went on for several years and resulted in the division of the colonies among the parties. France certainly could have kept New France, but was no longer interested in the territory. Canada was considered to be a vast icy expanse, without strategic importance, nothing but a money pit. As a result, France did not assert its claim to New France during the peace negotiations. The territory was voluntarily relinquished to England in favour of Guadeloupe, Martinique, Senegal and French India, whose sugar and spices were seen as more lucrative than the beaver pelts of New France, thought to be the only revenue source available there. The immense riches hidden underground had yet to be discovered!

In fact, the British officers, along with many British businessmen and politicians, would have preferred to keep the Antilles and leave New France to the French. For example, General James Murray, one of the principal English figures of the French and Indian War, said, in reference to New France, “If we are wise, we will not keep it!”

The French won that round. New France was given to the English under the Treaty of Paris (1763). The French prime minister, Duke Étienne-François de Choiseul (cousin to the negotiator) was also very satisfied with the outcome, which he considered to be a great success for France. Two centuries later, General Charles de Gaulle would recognize France’s mistake, calling it an irreparable abandonment for which France would never forgive itself. Some historians even view the loss of New France as the worst defeat in French history.

In the end, it was really the Treaty of Paris that sealed the fate of Canada and New France, and not any of the battles won or lost in North America or Europe!

It must be emphasized once again that Louis XV’s France gave no thought to including any type of linguistic clause in the Treaty of Paris when it was drafted. Nothing in the treaty guaranteed language rights to Canadians or Acadians, who became British citizens. The French negotiators were not especially worried about the survival of the French language. Furthermore, the same principle applied when Napoleon Bonaparte sold Louisiana to the Americans in 1803 and when Pondicherry was transferred to India in 1954. Outside of its own borders, France did not seem concerned with the French language.

 

Expansion of the Province of Quebec

After being handed over to England, New France endured, but under British rule. For administrative purposes, the British colonies were divided into several parts, one of which was called the “Province of Quebec” and had French as its official language. It included the future Ottawa and eastern Ontario.

To ensure the loyalty of his Francophone subjects, George III enlarged the Province of Quebec (Quebec Act, 1774) to include the whole Great Lakes region, as far north as Hudson Bay. The area also encompassed the future cities of Toronto, Windsor, Sudbury and Thunder Bay, in addition to Ottawa, as well as the entire territory between the Ohio and Mississippi rivers, where large American cities such as Chicago, Detroit, and Duluth are now located.

And this enormous area was governed by French civil law!

 

The American War of Independence

Nonetheless, the decisive factor with regard to language in our country was the American War of Independence, which came about as a result of the American colonies’ rebellion against England.

A young and idealistic French aristocrat, the Marquis de La Fayette, took part in this revolutionary war led by American insurgents against the British colonial powers. He played a decisive role in the conflict, and, at 19 years old, was even granted the title of general by George Washington. Thanks to La Fayette, and with the support of the French navy, the Patriots narrowly won the American War of Independence against the British Loyalists.

To this day, La Fayette is regarded as a hero in the United States. He is one of only eight people in history, and the only person from France, to have been named an honorary citizen of the United States. There are many American cities named Fayetteville, La Fayette, or Lafayette in his honour. What’s more, when the United States went to war in 1917, American colonel Charles Stanton made a point of visiting La Fayette’s tomb, at Picpus Cemetery in Paris, to say in the presence of French marshal Joffre, “La Fayette, we are here.” It was his way of saying that America had returned the favour!

The irony is that this same La Fayette, still lauded in the United States, lived out his life in disgrace in France because he used force against the people during the French Revolution, on the orders of the Constituent Assembly. He escaped the guillotine only by fleeing the country.

The American victory was made official with the Treaty of Versailles (1783). Great Britain acknowledged American independence and surrendered the section of the Province of Quebec that was located to the south of the Great Lakes. In this way, the vast Province of Quebec created by George III was reduced to just a portion of modern-day Ontario and Quebec.

 

Linguistic consequences

The American War of Independence had an enormous impact on the Francophones of Canada: Loyalists, faithful to the British Crown, were driven out of the newly founded United States and made their way to Canada, especially to the smaller Province of Quebec created under the Treaty of Versailles and still exclusively French-speaking. They then leveraged their loyalty to England to demand that the British Parliament give them the right not to speak French. London acquiesced, and, in 1791, split the Province of Quebec into Lower Canada (Francophone) and Upper Canada (Anglophone).

The Province of Quebec was no more. Lower Canada covered a part of today’s province of Quebec (it was much smaller than the current-day province!). Upper Canada, the Loyalists’ main haven, was a part of what is now Ontario. The province’s motto still refers to those Loyalists: Ut incepit fidelis sic permanet (Loyal she began, loyal she remains).

 

Conclusion 

The English are therefore not the reason that Quebecers and other Francophones across Canada must fight so hard today to preserve their language. Thus, standing up in defence of the French language certainly does not mean fighting those who speak English. On the contrary, speakers of both languages must enter into dialogue. We must ensure that Anglophones are aware of the historic contributions that Francophones have made to our country and that they take these contributions into account.

But we must also convince Francophones to be proud of their language and not to fear speaking it! French will survive in Canada only if it is spoken extensively!

 

Roland Madou, Ottawa

March 2020

 


Le Canada est né en français. Il est maintenant à majorité anglophone. Qu’est-il arrivé ?

histoire francophonie canadienne 

 Le Canada, qui fut longtemps uniquement francophone, est aujourd’hui à large majorité anglophone.
 Cette évolution découle essentiellement de plusieurs choix délibérés et assumés de la France !
 Les Anglais n’en sont en tout cas pas les principaux responsables.

 

Une Reine exemplaire

Tout d’abord, il faut souligner que la Reine Élisabeth II, le chef d’État du Canada, pourrait servir de modèle à beaucoup de Canadiens. Elle a toujours rempli admirablement sa mission, y compris pendant la deuxième guerre mondiale, et elle parle couramment le français, ce qui n’est pas le cas de nombreux ministres canadiens. Elle est ainsi fidèle à ses origines, elle qui est la petite-fille à la 31e génération de Guillaume le Conquérant, le duc de Normandie qui a placé l’Angleterre sous la tutelle de la France pendant 350 ans.

À noter que, pendant cette longue période, le français était la langue officielle de l’Angleterre, ce qui explique que, encore de nos jours, 40 % des mots anglais ont une origine française (et non le contraire, contrairement à ce qu’on croit généralement).

 

La Nouvelle-France, à l’origine du Canada

La France avait colonisé l’Amérique. La Nouvelle-France a couvert jusqu’aux deux tiers de toute l’Amérique du Nord. Le français y fut la langue officielle pendant 150 ans. D’ailleurs, en 2015, le gouvernement ontarien a fêté les 400 ans de présence française en Ontario, bien avant l’arrivée d’Anglais.

Cependant, l’Angleterre et la France se sont fait la guerre pendant des siècles sur de nombreux fronts, en Europe, en Asie, aux Antilles et en Amérique. En Amérique, il y eut ce qu’on appelle la Guerre de Sept ans (en anglais : French and Indian War), que certains considèrent comme la première guerre mondiale.

Les deux pays y ont obtenu à tour de rôle des victoires importantes. Les principaux événements furent, en 1759, la défaite des Français aux Plaines d’Abraham (ville de Québec) et, en septembre 1760, la capitulation de Montréal, sans même que les troupes françaises aient livré bataille !!! Si le gouverneur général de Vaudreuil décida ainsi de capituler, c’est parce qu’il voulait éviter un bain de sang et la dévastation complète du Canada. Louis XV n’apprécia cependant pas cette décision. Il rendit Vaudreuil personnellement responsable de cette capitulation, et il le fit enfermer à la Bastille.

Après la capitulation de Montréal (1760), les Britanniques prirent le commandement de ce qui était encore juridiquement la Nouvelle-France.  Ce fut le régime de la loi martiale. Pendant cette période militaire, Londres a laissé perdurer le système français, un peu par la force des choses, car les francophones formaient 99,7 % de la population !

Cependant, ces défaites françaises n’avaient pas mis fin à la guerre, et ce fut finalement l’Angleterre, qui était ruinée par les sommes colossales qu’elle avait investies dans cette guerre, qui demanda la négociation d’un traité de paix. C’était la décision du nouveau Roi George III qui, à 22 ans, venait de succéder à son grand-père George II décédé un mois à peine après la capitulation de Montréal.

Cette négociation, menée pour la France par le marquis César Gabriel de Choiseul, Ministre des Affaires Étrangères, s’étala sur plusieurs années et a conduit à un partage des colonies. La France aurait très bien pu garder la Nouvelle-France, mais cela ne l’intéressait pas. Elle considérait le Canada comme un vaste territoire glacé sans importance stratégique et surtout un gouffre financier.  Lors des pourparlers de paix, la France ne revendiqua donc jamais la Nouvelle-France. Elle l’a volontairement cédée aux Anglais, préférant prendre notamment la Guadeloupe, la Martinique, le Sénégal et des comptoirs dans les Indes, dont le sucre et les épices lui paraissaient plus rentables que les peaux de castor de la Nouvelle-France, qui étaient ses seules sources de revenus possibles, selon elle. Les immenses ressources que contenait son sol étaient encore inconnues !

En fait, les officiers britanniques et de nombreux hommes d’affaires ainsi que des politiciens britanniques auraient préféré, eux aussi, conserver les Antilles, et rendre par le fait même la Nouvelle-France aux Français. Par exemple, le général James Murray, l'un des principaux acteurs anglais de la Guerre de sept ans, avait dit « Si nous sommes sages, nous ne garderons pas la Nouvelle France ! ».

La France eut gain de cause. La Nouvelle-France passa aux Anglais par le Traité de Paris (1763). Le Premier ministre français (le duc Étienne-François de Choiseul, le cousin du négociateur) était d’ailleurs très satisfait de cette issue, qu’il considérait être un grand succès pour la France. Ce n’est que deux siècles plus tard que le général de Gaulle a reconnu l’erreur de la France en déclarant « la France ne se pardonnera jamais cet inconsolable abandon ». Pour certains historiens, l’abandon de la Nouvelle-France constitue d’ailleurs la plus grande défaite du monde français dans l'histoire de la France.

Ainsi, c'est le traité de Paris qui scella définitivement le sort du Canada et de la Nouvelle-France, et non pas les batailles perdues ou gagnées en Amérique ou en Europe!

Il faut souligner encore que, lors de la rédaction du Traité de Paris, jamais la France de Louis XV ne songea à faire insérer une quelconque disposition linguistique dans le traité. Rien dans ce traité ne garantissait aux Canadiens ou aux Acadiens, qui devenaient des citoyens britanniques, quelque droit que ce soit en la matière.  La survie de la langue française ne préoccupait guère les négociateurs français. D’ailleurs, la France fera de même en 1803 lors de la vente par Bonaparte de la Louisiane aux Américains et, en 1954, lors de la cession de Pondichéry à l'Inde. La langue française ne semble donc pas vraiment préoccuper les Français en dehors de leur hexagone.

 

Élargissement de la province de Québec

Après sa cession à l’Angleterre, la Nouvelle-France subsista, mais sous tutelle britannique. Pour mieux pouvoir la gérer, l’Angleterre avait seulement découpé ses colonies américaines en plusieurs parties, dont l’une s’appelait « Province de Québec », avec le français comme langue officielle. Elle incluait notamment Ottawa et l’Est ontarien.

Afin de s’assurer la fidélité des francophones, George III agrandit ensuite cette province de Québec (acte de Québec, 1774) pour qu’elle inclue toute la région des Grands Lacs, jusqu'aux limites de la Baie d'Hudson, incluant notamment, outre Ottawa, les futurs Toronto, Windsor, Sudbury et Thunder Bay, mais également tout le territoire compris entre la vallée de l'Ohio et du Mississippi, incluant entre autres de futures grandes villes américaines comme Chicago, Detroit et Duluth.

Et cet immense territoire était régi par les lois civiles françaises !

 

La Guerre d’indépendance américaine

Cependant, l’événement décisif pour les langues dans notre région fut la Guerre d'Indépendance américaine, résultant de la révolte contre l'Angleterre de ses colonies américaines.

Un jeune noble français idéaliste, le marquis de La Fayette s'engagea dans cette guerre révolutionnaire des insurgés américain contre le pouvoir colonial britannique. Il y joua un rôle décisif, et fut même nommé général par George Washington à l'âge de 19 ans.  Grâce à lui, et avec l’appui de la marine française, les Patriotes gagnèrent de justesse la guerre d’indépendance américaine contre les Loyalistes à l’Angleterre.

Aujourd’hui encore, La Fayette est perçu comme un héros aux États-Unis. Il est un des rares étrangers, et le seul Français, à avoir été nommés citoyens d’honneur des États-Unis, un privilège exceptionnel qui n'a été décerné jusqu'ici que huit fois. Et de nombreuses villes américaines s’appellent Fayetteville, La Fayette ou Lafayette en son honneur. En outre, lorsque les États-Unis sont entrés en guerre en 1917, le colonel américain Charles Stanton a tenu à se rendre sur la tombe de La Fayette au cimetière de Picpus à Paris et il a dit, en présence du maréchal français Joffre, "La Fayette, nous voici", signalant ainsi qu’il lui rendait la pareille !

Le paradoxe est que ce même La Fayette, toujours vénéré aux États-Unis, finit sa vie dans le déshonneur en France pour avoir utilisé la force contre la population pendant la Révolution française, sur ordre de l’Assemblée constituante. Il n’échappa à la guillotine qu’en s’exilant.

La victoire américaine fut entérinée par le Traité de Versailles (1783). La Grande-Bretagne reconnaissait l’indépendance américaine et cédait aux Américains la partie de la province de Québec située au Sud des Grands Lacs. L’immense province de Québec créée par George III fut réduite ainsi à l'équivalent d’une partie du Québec et de l'Ontario actuels.

 

Conséquences linguistiques

Si la Guerre d’indépendance américaine eut une énorme influence sur les francophones du Canada, c’est que les Loyalistes à la Couronne d’Angleterre, chassés de ces nouveaux États américains, se sont réfugiés au Canada, surtout dans cette province de Québec découlant du Traité de Versailles, et toujours uniquement francophone. Ils invoquèrent ensuite leur loyauté à l’Angleterre pour exiger du Parlement anglais de ne pas devoir parler français. Londres leur donna satisfaction et, en 1791, sépara cette province de Québec en deux, créant le Bas-Canada, francophone, et le Haut-Canada, anglophone.

Il n’y avait plus alors de province de Québec. Le Bas-Canada était une partie de ce qu’est aujourd’hui la province de Québec (il ne comprenait pas une grande partie du Québec actuel !). Le Haut-Canada, refuge principal des Loyalistes, était une partie de ce qui est devenu l’Ontario, dont la devise se réfère aujourd’hui encore à ces Loyalistes : Ut incepit fidelis sic permanet (Loyale elle commença, loyale elle restera).

 

Conclusion 

Ce ne sont donc pas les Anglais qu’il faut blâmer si les Québécois et les autres francophones du Canada doivent tellement se battre aujourd’hui pour préserver leur langue. Dès lors, lutter pour la défense de la langue française ne doit certainement pas être synonyme de combattre les anglophones. Au contraire, il faut dialoguer avec eux. Il faut s’assurer qu’ils sont conscients de l’apport historique des francophones dans notre pays et veiller à ce qu’ils en tiennent compte.

Mais il faut aussi convaincre les francophones qu’ils peuvent être fiers de leur langue et qu’ils ne doivent jamais avoir peur de la parler ! Le français ne pourra survivre au Canada que s’il est abondamment parlé !

 

Roland Madou, Ottawa

Mars 2020

 
 

Latest Classified Ads

2 Feral Cat
Free to...