Donald Trump (USA), Jair Bolsonaro (Brésil), Doug Ford (Ontario), Viktor Orban (Hongrie), ou Matteo Salvini (Italie), entre autres, sont-ils les meilleurs dirigeants que ces régions du monde pouvaient avoir ? Si non, pourquoi ont-ils été élus ?

 

Dans son dernier livre « Les ingénieurs du chaos », l’auteur italo-suisse (né en France) Giuliano da Empoli nous soumet l’explication suivante :

« Les défauts des leaders populistes se transforment, aux yeux de leurs électeurs, en qualités. Leur inexpérience est la preuve qu’ils n’appartiennent pas au cercle corrompu des élites et leur incompétence est le gage de leur authenticité. Les tensions qu’ils produisent au niveau international sont l’illustration de leur indépendance, et les fake news, qui jalonnent leur propagande, la marque de leur liberté d’esprit ».

 

Mais si ces populistes peuvent avoir tant de succès, c’est surtout à cause des réseaux sociaux, qui ont réinventé la propagande. Celle-ci est devenue indifférente aux contenus, car le principal objectif des utilisateurs de ces réseaux est de recueillir un maximum de « likes ». Or, ce qui séduit et rassemble, c’est l’original et le spectaculaire, même si cela trahit la vérité. Les populistes exploitent cette tendance, en insérant dans leur discours des mensonges qui permettent de stimuler les peurs des électeurs pour les faire adhérer à leurs idées, alors que leurs adversaires qui préfèrent s’en tenir aux faits établis, évidemment moins accrocheurs, parviennent plus difficilement à mobiliser.

 

Les réseaux sociaux ont ainsi des effets dévastateurs sur la démocratie, en amplifiant l’impact de ces manipulations de l’opinion publique, mais ils sont aussi nuisibles pour la santé mentale des utilisateurs, surtout des jeunes, qui deviennent anxieux dans leur recherche permanente de l’approbation de leurs amis et leur peur d’être en inadéquation avec eux. C’est d’ailleurs pourquoi le réseau Instagram a prudemment décidé récemment de masquer les « likes » dans plusieurs pays comme le Brésil et l’Italie.

 

Il est probable que tôt ou tard les manipulateurs populistes seront démasqués et que la réelle démocratie reprendra le dessus. Malheureusement, les insultes, les menaces, les déclarations racistes et les mensonges qu’ils auront proférés trop longtemps auront fait des dégâts énormes et souvent irréversibles dans nos sociétés.